06 septembre 2021

&abebel

Un monstre sacré du cinéma français s'est éteint

&abebel1

il était une belle image de la FRANCE 

cette belle France avec toutes les qualités

celles qui m'on séduites pour venir y vivre!!!

Jean-Paul Belmondo était un trésor national,

tout en panache et en éclats de rire, 

une personne simple, talentueuse, un bon père de famille,

tellement sympathique

&abebel2

"Il restera à jamais 'Le Magnifique'. Jean-Paul Belmondo était un trésor national", a écrit Emmanuel Macron sur Twitter.

et comme notre Président a raison....

&abebel3

c'est un légende .... je suis triste ce soir

♥♥ &ad    &ad  ♥♥

 

Posté par westieland-Beny à 20:54 - - Permalien [#]

 00-2-1

     Sculptures dans les jardins,


       squares et autres lieux publics

20210826_111105

je ne sais pas vous!  mais personnellement je me régale lorsque j'ai la possibilité de découvrir le travail d'artistes

Passer du temps , à admirer de belles créations , c'est toujours passionnant

 

en nous promenant dans la ville,  on a découvert toutes ces magnifiques sculptures 

vraiment, c'est super chouette....que de talent!!

20210826_110917

 

Le festival de sculptures de La Bresse porte le  nom  de Camille Claudel

depuis la première édition, en mémoire de cette femme dont la famille était originaire de La Bresse. (source)

Plus de 10 sculpteurs sur place vont faire découvrir leurs œuvres: 

dont ↓═>↓
- Mathieu Ferry
- Mathias France
- Jil Tardy et Jeanne Rigaut
- Henri Patrick Stein et Aude Vaxelaire
- Maximilien Soullier
- Ramona Bächtiger
- Vivien Armand Kebfoube
- Michel Dardaine
- Association La Maison du Granit ....

20210826_111020

 

en attendant l'ouverture de ce merveilleux festival, des oeuvres ont été déposés par çi, par là dans divers endroits de la Bresse

20210826_111031

20210826_111038

 20210826_170650

20210826_170432

20210826_170442

20210826_170515

20210826_170607

 Chaque année depuis 1990, des sculpteurs se regroupent à la Bresse pour œuvrer pendant une semaine sous l'œil curieux du public…

 Ce sera dés le 11 septembre

20210827_113432

 lors de notre récent séjour, toute la ville etait déjà dans lambiance de ce spectacle

la ville est décorée avec de vrais chefs d'oeuvre....

c'est vraiment magnifique

est ce une invitation au festival CAMILLE CLAUDEL? 

Il ouvre dans quelques jours.....

20210826_170731

20210826_170750

20210826_170802

20210827_113921

20210827_113343

20210827_113353

20210827_113905

 20210827_114008

 le 29ème Festival de Sculpture Camille CLAUDELva ouvrir ses portes......

 des artistes sculpteurs vont réalisé une œuvre sous nos yeux

et çà pendant une semaine

C'est aussi un Festival International avec expositions, ateliers, animations, et un marché d'artisanat d'art!!!!

 du 11-09-2021 au 19-09-2021   à La Bresse 

 Des artistes vont  relever le défi de créer une œuvre d'art sur des nombreux matériaux

pour qui aime les sculptures.....

mais quelle belle une idée de balade....

a demain&aa

Posté par westieland-Beny à 07:54 - - Permalien [#]
23 août 2021

00-2-1

 titre14

à quelques jours de la rentrée scolaire , on se replonge dans la littérature

les "auteurs"  dont on s'est passionné pour leur œuvre

particulièrement 

Victor Hugo

&vh

voici des poésies à lire et relire

elles sont belles, j'adore tous les écrits de cet homme

&vh1

                        Aimons toujours  

Aimons toujours ! Aimons encore !
Quand l'amour s'en va, l'espoir fuit.
L'amour, c'est le cri de l'aurore,
L'amour c'est l'hymne de la nuit.

Ce que le flot dit aux rivages,
Ce que le vent dit aux vieux monts,
Ce que l'astre dit aux nuages,
C'est le mot ineffable : Aimons !

L'amour fait songer, vivre et croire.
Il a pour réchauffer le cœur,
Un rayon de plus que la gloire,
Et ce rayon c'est le bonheur !

Aime, afin de charmer tes heures !
Afin qu'on voie en tes beaux yeux
Des voluptés intérieures
Le sourire mystérieux !

Aimons-nous toujours davantage !
Unissons-nous mieux chaque jour.
Les arbres croissent en feuillage ;
Que notre âme croisse en amour !

=============================

passionnement1 pour gif

                 Certes, elle n'était pas femme

Certes, elle n'était pas femme et charmante en vain,
Mais le terrestre en elle avait un air divin.
Des flammes frissonnaient sur mes lèvres hardies ;
Elle acceptait l'amour et tous ses incendies,
Rêvait au tutoiement, se risquait pas à pas,
Ne se refusait point et ne se livrait pas ;
Sa tendre obéissance était haute et sereine ;
Elle savait se faire esclave et rester reine,
Suprême grâce ! et quoi de plus inattendu
Que d'avoir tout donné sans avoir rien perdu !
Elle était nue avec un abandon sublime
Et, couchée en un lit, semblait sur une cime.
À mesure qu'en elle entrait l'amour vainqueur,
On eût dit que le ciel lui jaillissait du cœur ;
Elle vous caressait avec de la lumière ;
La nudité des pieds fait la marche plus fière
Chez ces êtres pétris d'idéale beauté ;
Il lui venait dans l'ombre au front une clarté
Pareille à la nocturne auréole des pôles ;
À travers les baisers, de ses blanches épaules
On croyait voir sortir deux ailes lentement ;
Son regard était bleu, d'un bleu de firmament ;
Et c'était la grandeur de cette femme étrange
Qu'en cessant d'être vierge elle devenait ange.

===============================

reve4

=======================================================

          J'ai mis ma lèvre à ta coupe

========================================================

Puisque j'ai mis ma lèvre à ta coupe encor pleine ;
Puisque j'ai dans tes mains posé mon front pâli ;
Puisque j'ai respiré parfois la douce haleine
De ton âme, parfum dans l'ombre enseveli ;

Puisqu'il me fut donné de t'entendre me dire
Les mots où se répand le cœur mystérieux ;
Puisque j'ai vu pleurer, puisque j'ai vu sourire
Ta bouche sur ma bouche et tes yeux sur mes yeux ;

Puisque j'ai vu briller sur ma tête ravie
Un rayon de ton astre, hélas ! voilé toujours ;
Puisque j'ai vu tomber dans l'onde de ma vie
Une feuille de rose arrachée à tes jours ;

Je puis maintenant dire aux rapides années :
- Passez ! passez toujours ! je n'ai plus à vieillir !
Allez-vous-en avec vos fleurs toutes fanées ;
J'ai dans l'âme une fleur que nul ne peut cueillir !

Votre aile en le heurtant ne fera rien répandre
Du vase où je m'abreuve et que j'ai bien rempli.
Mon âme a plus de feu que vous n'avez de cendre !
Mon cœur a plus d'amour que vous n'avez d'oubli.

========================================

pour gif1

Vois-tu, si tous deux nous pouvions,
L'âme pleine de foi, le cœur plein de rayons,
Ivres de douce extase et de mélancolie,
Rompre les mille nœuds dont la ville nous lie ;

Si nous pouvions quitter ce Paris triste et fou,
Nous fuirions ; nous irions quelque part, n'importe où,
Chercher loin des vains bruits, loin des haines jalouses,
Un coin où nous aurions des arbres, des pelouses ;
Une maison petite avec des fleurs, un peu
De solitude, un peu de silence, un ciel bleu,
La chanson d'un oiseau qui sur le toit se pose,
De l'ombre ; — et quel besoin avons-nous d'autre chose ?

&vh9

 &bonne journée à tous

Posté par westieland-Beny à 07:54 - - Permalien [#]
08 août 2021

GIF ANIME de COEURS ROUGES0-02&bienvenue&GIF ANIME de COEURS ROUGES

 

cette chanson ne vieillit pas !...

et pour cause car ce que Suzanne chante arrive encore

MALHEUREUSEMENT!!!!!!

 

en voici la signification

&aluka suzanne vega

la mélodie et son ton véhiculent  quelque chose de sombre,

quelque chose de poignant, et bien sûr, de la douleur.

&coeur brise 

Une chanson pour toutes les enfances brisées, 

le  monde est si cruel.

je pleure pour chaque mot de cette chanson.

Beny

 

 

 

Posté par westieland-Beny à 07:48 - - Permalien [#]
20 juillet 2021

 ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

&&ad

 

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

&&&&&3

 dans le village d'Omonville-la-Petite dans la Hague.

&jp9

 

La maison de Jacques Prévert,

elle attire chaque année plus de 13 000 visiteurs

&jp0

 &jp1

 &jp2

La statue de Jacques Prévert et Alexandre Trauner son ami

Un dernier refuge pour Jacques Prévert

&jp6


Né en 1900, Jacques Prévert achète la maison du Val en 1970 sur les conseils de son ami Alexandre Trauner, décorateur de cinéma,

 &jp13

c'est lui qui s'occupe de  l’aménagement. 

 &jp10

 

qui n'apprécirait pas le calme de ce bout du monde?

il continuera d’écrire et de réaliser des collages, jusqu’à sa mort en 1977.

 &jp1

La maison et son jardin ont gardé son empreinte 

&jp12

un petit chemin bocager nous emmène au  cimetière  qui abrite les tombes des deux complices, Jacques Prévert et Alexandre Trauner.

 &jp8

la Maison Jacques-Prévert, ouverte au public en 1995 , a été vidée 

 de ses 350 meubles, livres et objets par Eugénie Bachelot-Prévert, la petite-fille du poète,

fâchée  par la  statue de bronze représentant Jacques Prévert et son ami

elle a été mise en place dans un parc communal du village, en avril 2016.

&jp3

 &jp4

la maison ouvre ses portes 

c'est chouette de déambuler dans les pièces de cette maison

pour découvrir l’univers de cet artiste aux multiples facettes au travers des collections et expositions.

 &jp11

 

&jp&'

oui, La maison du Val, celle de Jacques Prevert ,

c’est à la fois celle de l’artiste, où l’on marche dans ses pas 

&jp7

 

&jp5

c'est aussi  un musée, présentant des œuvres originales et des expositions

&&&&&4

Posté par westieland-Beny à 08:56 - - Permalien [#]

15 juillet 2021

&normandie& &p4

DECOUVERTE ARTISIQUE DU JOUR.....

 

 voir le monde à travers les yeux d'un artiste .....

L'atelier d'art de Claude Monet

est à GIVERNY.....   

un détour s'impose pour une visite 

&claude2

entrons dans sa maison 

&0àààà

&0àà

art3 

&0àààààààààà

 

&0àààà &0ààààà

 une grande fenêtre laissant entrer la lumière du soleil. 

La hauteur des plafonds donnent de l'espace pour accrocher ses œuvres aux murs.

&0ààààà

 La maison de Claude Monet est à environ une heure de Paris dans la campagne près de la Normandie. 

&0ààààààà

 Le jardin ( voir un post précédent) a une superficie d'environ 2 acres est luxuriant  

une pure merveille pour qui aime les plantes et les fleurs

&0à

&0àà

&0ààà

&ààà

Monet a passé beaucoup de temps à peindre en plein air dans son style impressionniste,

en particulier des scènes de son jardin.

&0à0

 &0àààààààà

aart&claude0aart

&claude3

 Monet a vécu environ 40 ans dans sa maison.

au pays des merveilles1

quel privilège de visiter cette maison et le jardin

« Mon souhait est de rester toujours comme ça,

vivre tranquillement dans un coin de nature. »

- Claude Monet

beny1

Posté par westieland-Beny à 07:54 - - Permalien [#]
27 juin 2021

 

aartaabienv

 

cette chanson est  dans les meilleures de ma disco privée!

je ne me suis jamais lassée de l'écouter, ni de la chanter

( Je suis très loin d'être "the Voice") ☺☺☺

alors pour ce dimanche , je vous offre ce moment de musique inoubliable...

avec la traduction des paroles c'est le petit plus!

 

SIMON AND GARFUNKEL

 

Hello darkness, my old friend,
Bonsoir obscurité, ma vieille amie,
I've come to talk with you again
Je suis venu te parler de nouveau
Because a vision softly creeping,
Car une vision s'insinuant doucement en moi,
Left its seeds while I was sleeping
A semé ses graines durant mon sommeil
And the vision that was planted in my brain, still remains
Et la vision qui fut plantée dans mon cerveau, demeure encore
Within the sound of silence
Dans le son du silence

In restless dreams I walked alone,
Dans mes rêves agités j'arpentais seul,
Narrow streets of cobblestone
Des rues étroites et pavées
'Neath the halo of a street lamp,
Sous le halo d'un réverbère,
I turned my collar to the cold and damp
Je tournais mon col à cause du froid et de l'humidité
When my eyes were stabbed by the flash of a neon light,
Lorsque mes yeux furent blessés par l'éclat de la lumière d'un néon,
That split the night and touched the sound of silence
Qui déchira la nuit et atteignit le son du silence

And in the naked light I saw,
Et dans cette lumière pure je vis,
Ten thousand people, maybe more
Dix mille personnes, peut être plus
People talking without speaking,
Des personnes qui discutaient sans parler,
People hearing without listening
Des personnes qui entendaient sans écouter
People writing songs that voices never share,
Des personnes qui écrivaient des chansons qu'aucune voix n'a jamais partagées ,
And no one dared disturb the sound of silence
Et personne n'osa déranger le son du silence

Fools, said I, you do not know,
Idiots, dis-je, vous ignorez,
Silence, like a cancer, grows
Que le silence, tel un cancer, évolue
Hear my words that I might teach you,
Ecoutez mes paroles que je puisse vous apprendre,
Take my arms that I might reach you
Prenez mes bras que je puisse vous atteindre
But my words, like silent raindrops fell,
Mais mes paroles tombèrent telles des gouttes de pluie silencieuses,
And echoed in the wells of silence
Et résonnèrent dans les puits du silence

And the people bowed and prayed
Et ces personnes s'inclinaient et priaient
To the neon god they made
Autour du dieu de néon qu'ils avaient créé
And the sign flashed out its warning
Et le panneau étincela son avertissement
In the words that it was forming
A travers les mots qu'il formait
And the sign said : the words of the prophets
Et le signe disait : les mots des prophètes
Are written on the subway walls
Sont écrits sur les murs du métro
And tenement halls,
Et des halls d'immeubles,
And whispered in the sounds of silence
Et ils murmuraient à travers les sons du silence

 

j'espère que de doux souvenirs vous sont revenus....

que cette mélodie vous a transporté dans "un retour  enchanté"

 &belle journ2

Posté par westieland-Beny à 09:18 - - Permalien [#]
15 juin 2021

⊱♥⊱ profitons de ce beau jour ⊱♥⊱

&bjr lac

 

  Le lac  

 


Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges
Jeter l’ancre un seul jour ?

 

Ô lac ! l’année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu’elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m’asseoir sur cette pierre
Où tu la vis s’asseoir !

 

Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes ;

Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés ;
Ainsi le vent jetait l’écume de tes ondes
Sur ses pieds adorés.

 

Un soir, t’en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On n’entendait au loin, sur l’onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux.

 &lac

Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos,
Le flot fut attentif, et la voix qui m’est chère
Laissa tomber ces mots :

 

« Ô temps, suspends ton vol ! et vous, heures propices,
Suspendez votre cours !
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

 &lac1

« Assez de malheureux ici-bas vous implorent ;
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.

 

« Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m’échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : « Sois plus lente » ; et l’aurore
Va dissiper la nuit.

 

« Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
Il coule, et nous passons ! »

 &lac3

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d’ivresse,
Où l’amour à longs flots nous verse le bonheur,
S’envolent loin de nous de la même vitesse
Que les jours de malheur ?

 

Hé quoi ! n’en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
Quoi ! passés pour jamais ? quoi ! tout entiers perdus ?
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,
Ne nous les rendra plus ?

 

Éternité, néant, passé, sombres abîmes,
Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?
Parlez : nous rendrez vous ces extases sublimes
Que vous nous ravissez ?

 

Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !
Vous que le temps épargne ou qu’il peut rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
Au moins le souvenir !

 &lac2

Qu’il soit dans ton repos, qu’il soit dans tes orages,
Beau lac, et dans l’aspect de tes riants coteaux,
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui pendent sur tes eaux !

 

Qu’il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,
Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés,
Dans l’astre au front d’argent qui blanchit ta surface
De ses molles clartés !

 

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu’on entend, l’on voit et l’on respire,
Tout dise : « Ils ont aimé ! »

 

Lamartine

 

lamartine 

 voici un autre poème

pour que ce jour soit sous le signe de la douceur

Tout conjugue le verbe aimer. Voici les roses.

Je ne suis pas en train de parler d'autres choses.
Premier mai ! l'amour gai, triste, brûlant, jaloux,
Fait soupirer les bois, les nids, les fleurs, les loups ;
L'arbre où j'ai, l'autre automne, écrit une devise,
La redit pour son compte et croit qu'il l'improvise ;
Les vieux antres pensifs, dont rit le geai moqueur,
Clignent leurs gros sourcils et font la bouche en coeur ;
L'atmosphère, embaumée et tendre, semble pleine
Des déclarations qu'au Printemps fait la plaine,
Et que l'herbe amoureuse adresse au ciel charmant.
A chaque pas du jour dans le bleu firmament,
La campagne éperdue, et toujours plus éprise,
Prodigue les senteurs, et dans la tiède brise
Envoie au renouveau ses baisers odorants ;
Tous ses bouquets, azurs, carmins, pourpres, safrans,
Dont l'haleine s'envole en murmurant : Je t'aime !
Sur le ravin, l'étang, le pré, le sillon même,
Font des taches partout de toutes les couleurs ;
Et, donnant les parfums, elle a gardé les fleurs ;
Comme si ses soupirs et ses tendres missives
Au mois de mai, qui rit dans les branches lascives,
Et tous les billets doux de son amour bavard,
Avaient laissé leur trace aux pages du buvard !
Les oiseaux dans les bois, molles voix étouffées,
Chantent des triolets et des rondeaux aux fées ;
Tout semble confier à l'ombre un doux secret ;
Tout aime, et tout l'avoue à voix basse ; on dirait
Qu'au nord, au sud brûlant, au couchant, à l'aurore,
La haie en fleur, le lierre et la source sonore,
Les monts, les champs, les lacs et les chênes mouvants,
Répètent un quatrain fait par les quatre vents.

 

Victor HUGO

hugo11

                        &bienvenue a demain

 

Posté par westieland-Beny à 07:54 - - Permalien [#]
01 juin 2021

••• le lilas est fleuri! ••• •••

 &auriol2

Connaissez-vous ?

"Quand les lilas refleuriront"

  On est 1890

une chanson, dite "romance", composée par  GEORGE AURIOL

&auriol

TINO ROSSI  en 1949, l'a reprise....(je crois)

&auriol5

Quand les lilas refleuriront

Au vent les capuchons de laine
Robes rouges nous revêtrons
Quand les lilas refleuriront
Sur le tapis vert de la plaine
Nous reviendrons danser en rond
Quand les lilas refleuriront
Allez dire au printemps qu'il vienne

&auriol3

Quand les lilas refleuriront
Nous redescendrons dans la plaine
Cloches sonnez vos carillons
Quand les lilas refleuriront
Les papillons qui se promènent
Dans l'air avec les moucherons
Comme nous danserons en rond
Allez dire au printemps qu'il vienne

&auriol7

Quand les lilas refleuriront
Les filles près de la fontaine
De leurs amoureux jaseront
Quand les lilas refleuriront
Personne alors qui ne comprenne
Les doux mots qu'elles parleront
Quand les lilas refleuriront
Allez dire à l'amour qu'il vienne

&auriol4

Quand les lilas refleuriront
Parfumant l'air de leur haleine
Combien d'amoureux mentiront
Quand les lilas refleuriront
Pour tous ces baisers qui s'égrènent
Que de blessures saigneront
Quand les lilas refleuriront
Allez dire à l'amour qu'il vienne

&auriol6

 

Posté par westieland-Beny à 15:37 - - Permalien [#]
23 mai 2021

&printemps

 d'abord je vous offre quelques roses en vous souhaitant un bon week-end de Pentcôte

20210517_125042

20210517_125016

20210517_125021

 

on continue avec de la poésie 

Victor Hugo

on le connaît en tant que romancier 

&0&

""Il est un des plus grands poètes, écrivains et dramaturges du XIXème siècle.

A 19 ans, Victor Hugo écrit et publie ses premiers poèmes, Odes.

" remarqué par le roi Louis  XVIII  qui lui verse une pension."

Il se consacre régulièrement à la poésie au court de carrière."" (source)

c'est un bonheur de les lire, 

 &&0

c'est dimanche ....alors rêvons ....

cette belle plume va nous emmener dans un monde de beauté et de douceur

victor-hugo

 Printemps

 

 L'herbe éclate en pâquerettes ;

Les parfums, qu'on croit muets,

Content les peines secrètes

Des liserons aux bleuets


Les petites ailes blanches

Sur les eaux et les sillons

S'abattent en avalanches ;

Il neige des papillons.


Et sur la mer, qui reflète

L'aube au sourire d'émail,

La bruyère violette

Met au vieux mont un camail.

 

Victor Hugo

&&02

&vh

 Printemps

 

Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire !


Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,


Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !


Les peupliers, au bord des fleuves endormis,


Se courbent mollement comme de grandes palmes ;


L'oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ;


Il semble que tout rit, et que les arbres verts


Sont joyeux d'être ensemble et se disent des vers.


Le jour naît couronné d'une aube fraîche et tendre ;


Le soir est plein d'amour ; la nuit, on croit entendre,


A travers l'ombre immense et sous le ciel béni,


Quelque chose d'heureux chanter dans l'infini.

 

Victor Hugo

&&01

&0&&

Printemps


C'est la jeunesse et le matin.

Vois donc, ô ma belle farouche,


Partout des perles : dans le thym

,
Dans les roses, et dans ta bouche.

 

L'infini n'a rien d'effrayant ;


L'azur sourit à la chaumière


Et la terre est heureuse, ayant


Confiance dans la lumière.

 

Quand le soir vient, le soir profond,


Les fleurs se ferment sous les branches ;


Ces petites âmes s'en vont


Au fond de leurs alcôves blanches.

 

 

Elles s'endorment, et la nuit


A beau tomber noire et glacée,


Tout ce monde des fleurs qui luit


Et qui ne vit que de rosée,

 

L'oeillet, le jasmin, le genêt,


Le trèfle incarnat qu'avril dore,


Est tranquille, car il connaît


L'exactitude de l'aurore.   

 Victor Hugo

&&03

&0p

En espérant que vous passiez un bon dimanche!  avec le charme des  poésies de Victor Hugo  .....

&bjr0!!

Posté par westieland-Beny à 07:38 - - Permalien [#]