23 décembre 2015

en plein coeur de Paris découvrons

 

Un loft futuriste

         

 

   un bond dans les temps modernes en photos.

Dans la grande pièce, table de François Roche, bougeoir noir

une folie  peut-être.....mais une très jolie mise en scene....

"un passage du songe au réel rendu tangible", souligne sa propriétaire, 

Dans la niche, encre Le Coup de Tanger de Jean Charles Blais, 1989, coussins galets, Smarin. À gauche, une vue de la chambre, lampe

 sous la verrière d'un ancien atelier  de 350 m2.

Le volume comme le projet sont saisissants. !!!  

avec des formes molles en référence à la "blob architecture" dont il emprunte l'inspiration des courbes, l'endroit est traversé par un tube qui serpente au sol et se perd sur les hauteurs.

Un loft futuriste en plein coeur de Paris

un grand espace  immaculé. 

Sculpture Trapped again in still Life de Stéphanie Cherpin. Dans la niche, encre Le Coup de Tanger de Jean Charles Blais, coussins galets, Smarin. Fauteuils

 

" La blancheur c'est un effacement,

       un pH neutre comme un chemin vers le repos "

              précisent les propriétaires

 L'absence d'ouverture est adoucie par la toile tendue sous la verrière.

Les courbes multiplient les recoins comme la rondeur des cathédrales romanes,

tout se termine en douceur sans la cassure de l'angle.

 

A l'intérieur du serpent, un espace où se succèdent une cuisine et une salle de bains, toutes deux minimalistes. Dans la salle de bain, photo

Dans la cuisine, tabourets  Les rangements et la douche sont protégés par des rideaux en plastique semi-opaques.

Les rangements  sont protégés par des rideaux 

Des murs sans limites servent d'écrans géants à des projections de vidéos. Sur la table

Des murs sans limites servent d'écrans géants à des projections de vidéos

tout est mis en valeur dans un design sympa

  loft futuriste Snake

le Snake est une légende aussi silencieuse qu'intrigante.

On peut également la qualifier d'utopie.

on aime ou pas!  c'est un choix.....

DSC07135

Posté par westieland à 07:50 - Permalien [#]